Home Société Plus fort que Pokémon Go, Nature Go !
Plus fort que Pokémon Go, Nature Go !

Plus fort que Pokémon Go, Nature Go !

163
0

A moins d’avoir fermé volontairement tous les robinets de notre société surinformée, vous n’avez pas pu y échapper : le jeu vidéo pour smartphone « Pokémon Go » est arrivé en France jeudi 21 juillet. Un jeu de plus ? Non : un tsunami social, une manne publicitaire incroyable et un succès mondial qui laisse rêveur. Contrairement à un jeu vidéo classique, Pokémon Go consiste à se lancer, hors de chez soi, à la recherche de créatures fictives et fantastiques, les célèbres Pokémon, cachées dans le monde réel. En activant la géolocalisation de votre téléphone, les bestioles apparaissent en surimpression sur l’écran, et vous devez les attraper avant d’autres joueurs. En quelques semaines, l’application est devenue la plus téléchargée au monde !

Une sortie repoussée en France

en raison des risques d’attroupements incontrolés

En France, la sortie du jeu qui a déjà conquis les Etats-Unis, la Nouvelle Zélande, l’Australie, et une partie de l’Europe, était prévue le 15 juillet dernier, mais elle a été reportée suite à l’attentat de Nice, en raison des risques d’attroupements incontrôlés que provoque la chasse aux bestioles virtuelles. A New York, l’apparition d’un Pokémon rare et convoité a ainsi entraîné le rassemblement de 6 000 « chasseurs » dans Central Park, obligeant la police à intervenir pour éviter que le jeu ne tourne à l’émeute. Les promoteurs du jeu insistent sur le caractère convivial de cette chasse, qui se pratique en plein air et en meute, contrairement à l’activité classique du jeu en ligne, seul dans un canapé, face des adversaires virtuels. Certains vont même jusqu’à vanter l’exercice physique salutaire que procure la quête des Pokémon, puisqu’il faut se déplacer dans la vraie vie, ce qui permettrait de lutter contre la sédentarité voire l’obésité des habituels accros aux jeux vidéos.

L’irruption de la fiction dans la réalité

Ce que ne disent pas les partisans de Pokémon Go, c’est que des accidents mortels ont déjà eu lieu : des automobilistes les yeux rivés sur leur écran qui ont renversé des piétons et à l’inverse, des piétons obnubilés par leur quête qui ont traversé sans regarder. Il y a même eu des agressions à main armée de la part de certains joueurs pour dissuader leurs concurrents de saisir le Pokémon qu’ils convoitaient. Ce qu’ils ne disent pas non plus, c’est que contrairement aux jeux traditionnels où l’on évolue dans un décor fictif, Pokémon Go transforme la vraie vie, les vraies rues, les vrais gens en décor pour les joueurs, avec des risques sociaux et psychologiques de « déréalité » non négligeables : la ville est à tout le monde mais elle ne peut pas être le terrain de jeu d’une poignée au détriments des autres !

Ce qu’ils ne disent pas enfin, c’est que si l’application est gratuite sur votre téléphone, les annonceurs eux peuvent payer le fabricant pour faire apparaître un Pokémon dans leur boutique et ainsi attirer du monde. Pour 100 pokepieces (la monnaie en vigueur dans le jeu), la chaîne américaine ZoesKitchen offre des cartes cadeaux de 25 dollars aux dresseurs qui réussiront à capturer un Pokémon dans ses restaurants. L’autre géant de la restauration, Mc Donald a signé un partenariat pour 3000 de ses enseignes qui deviendront des « arènes » où les joueurs pourront venir se mesurer (et consommer) ou des « pokestop », par lesquels il faudra passer pour récupérer des objets qui permettent de poursuivre la quête.

Il faut inventer le Nature Go !

Bref, tout ça pour ça? Tant d’énergie, d’argent, d’engouement, tout ça pour attraper des personnages de manga virtuels, ça laisse rêveur… Le seul vrai bénéficiaire, c’est Nintendo, inventeur des Pokémon, dont la capitalisation boursière a doublé en une semaine ! Et si un petit génie écolo, entrepreneur et joueur conscientisé nous inventait un « Nature Go », un jeu où l’on partirait en quête d’animaux bien réels menacés de disparition, en quête de forêts, en quête de ressources en eau, en quête de lieux qui promeuvent le recyclage, la solidarité, le vivre ensemble. Un jeu enfin et où chaque victoire serait réellement récompensée par quelques euros reversés à ces initiatives alternatives.  Bref un jeu utile, ancré dans le réel et dont les bénéfices ne seraient seulement destinés à une poignée d’actionnaires… Let’s Go !

 

(163)

Commentaires

News

logo-2013

Envoyer à un ami