Home Planète Pollution et déchets L’inquiétante pollution en Chine

L’inquiétante pollution en Chine

L’inquiétante pollution en Chine
1
0

Peu médiatisé en France, le problème de la pollution en Chine n’est pour autant pas à prendre à la légère.

Ces dernières années, et plus particulièrement depuis début janvier, les niveaux de pollution de l’air dans les principales villes chinoises ont atteint des records, dûs essentiellement à la circulation automobile pour les métropoles, ainsi qu’aux émissions des centrales à charbon.

Pour comprendre l’ampleur du problème, faisons une comparaison avec la France. En décembre dernier l’Ile-de-France était en alerte pollution aux particules fines après avoir atteint le seuil d’alerte de 80 microgrammes de particules par mètre cube d’air.
De son côté, le 18 janvier dernier la ville de Pékin dépassait le seuil de 993 microgrammes par mètre cube d’air, soit un niveau 40 fois plus élevé que le plafond préconisé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour une exposition de 24 heures …

De telles situations sont désormais surnommées ‘airpocalypses’ en Chine. Un épais brouillard inonde ainsi de plus en plus souvent le ciel des nombreuses villes de Chine, obligeant les habitants à porter un masque pour toute sortie à l’extérieur.
La pollution a même plongé une province chinoise dans l’obscurité le mardi 24 décembre dernier. Dans la capitale, Zhenghzhou, la visibilité était tellement réduite que les habitants perdaient toute orientation.

Par ailleurs, une équipe franco-belge a annoncé cette semaine que plusieurs polluants, comme les particules fines et le monoxyde de carbone, situés au niveau du sol, ont même pu être détectés pour la première fois à partir de l’espace au-dessus de la Chine.

Les autorités chinoises font régulièrement des promesses mais continuent malheureusement à s’équiper en sources d’énergie polluantes. Selon Greenpeace, 570 centrales à charbon sont programmées ou en construction en Chine.
Parmi les mesures prises par le gouvernement, certaines peuvent faire sourire : en novembre dernier, au terme d’une campagne de trois mois, les autorités de la capitale ont détruit 500 barbecues en plein air, afin de réduire les taux de particules fines PM2,5 (les plus dangereuses car elles peuvent entrer profondément dans les poumons) …

Rappelons que la pollution de l’air a contribué au décès prématuré de 1,2 million de personnes en Chine sur la seule année 2010, selon une estimation de l’organisation Health Effects Institute, dans une étude parue en mars 2013.

Crédit photo : REUTERS/ALY SONG

tags:
Commentaires