Home Médias ClimateFeedback.org : les décodeurs du climat
0

ClimateFeedback.org : les décodeurs du climat

ClimateFeedback.org : les décodeurs du climat
120
0

les décodeurs du climat

Des climato-sceptiques aux vigies catastrophistes du réchauffement climatique, il suffit de chercher « climat » sur internet pour trouver tout, et son contraire. Même dans le camp de ceux qui ne remettent pas en cause les bouleversements du climat, les prédictions sont contradictoires. L’un prétend que la Terre va retourner à l’âge de glace, l’autre que le réchauffement va éviter à la planète de se transformer en congélateur géant.

Et on vous épargne les positions des « négationnistes » du climat, qui affirment qu’il ne se passe rien sur terre ! Ou encore les prétentions d’un certain Donald Trump qui menace de ne pas ratifier l’Accord de Paris et qui, s’il est élu à la présidence de la première puissance du monde, a prévenu qu’il ne tiendrait pas les engagements de son prédécesseur pour réduire les émissions de gaz à effet de serre des USA.

L’écrasante responsabilité des médias

Et c’est parce que les médias ont une responsabilité et une énorme influence dans la diffusion de ces informations dans l’opinion publique qu’il faut saluer le travail bénévole du site américain ClimateFeedback.org, , un site qui passe les articles de presse sur le climat à l’épreuve des faits. Le projet a été monté par le scientifique français Emmanuel Vincent, installé aux USA, avec pour ambition de faire la chasse aux erreurs, approximations, voire aux manipulations dans les medias grand public . Leur crédo : « une mauvaise information conduit à de mauvaises décisions », crucial dans un pays où un Américain sur trois ne sait pas (ou ne veut pas admettre) que le changement climatique est principalement causé par l’activité humaine !

Pour y parvenir, un bataillon d’une centaine de scientifiques, tous volontaires, donnent leur avis de spécialistes, annotant ligne par ligne les articles et les éditoriaux consacrés au changement climatique. Et la leçon est parfois rude pour les journaux. Ainsi, le magazine américain Forbes, dont les articles les plus lus en 2015 sur la question climatique ont été qualifiés de ‘profondément inexacts et trompeurs’ par plus de 20 scientifiques qui les ont passés en revue.

Le déni du changement du climat très répandu aux Etats-Unis

Le site en anglais est entièrement gratuit, seul bémol : la majorité des articles ainsi décodés provient de la presse anglo-saxonne. Dommage que les médias francophones n’y soient pas aussi auscultés !
Cela dit, ce n’est pas un hasard si la critique se concentre sur les médias américains : le déni du changement climatique est très répandu aux Etats-Unis, où un tiers de la population ne considère pas l’homme comme responsable du réchauffement et où 57% des Américains ne jugent pas qu’il présente une sérieuse menace, selon un récent sondage.

Par ignorance, ou par intérêt, la droite de l’échiquier politique américain nie elle aussi en partie le phénomène, relayée par les medias grand public. Outre la désinformation délibérée, le site pointe aussi des articles qui ne citent pas leurs sources ou dont les affirmations ne s’appuient pas sur des études scientifiquement validées.

Parfois, mais c’est plus rare, ce sont les rédacteurs eux-mêmes qui soumettent leurs papiers aux experts du site avant publication. Une manière plutôt saine et humble de reconnaître que les journalistes n’ont pas toujours la science infuse. Dans tous les cas, l’exercice est salutaire, et révèle la difficulté pour les médias grand public de vulgariser l’information climatique sans la simplifier et sans tomber à l’inverse dans le sensationnalisme ou le catastrophisme qui fait vendre.
La prochaine étape, pour laquelle ClimateFeedback.org lève actuellement des fonds, est le lancement d’un site qui classerait les différents médias selon leur fiabilité sur les questions de changement climatique. En attendant que l’idée soit reprise en France, vous trouverez sur terre.tv notre sélection de vidéos sur l’urgence de modifier nos modes de vie face aux indéniables bouleversements climatiques.

Commentaires