Home Institutionnel Developpement durable UNE NOUVELLE VISION DE L’URBANISME

UNE NOUVELLE VISION DE L’URBANISME

3
0

Voir l'image en plus grandepar Yann Gerin

Dans les quartiers Nord, c’est le feu… vert. Il y souffle un vent de révolution positive. Les hauts de Sainte-Marthe vont perdre leurs bastides. Cette zone, longtemps préservée des vagues d’urbanisation, est considérée comme une réserve foncière. Marseille a choisi d’y conjuguer aménagement et développement durable.

D’ici 2016, 3 000 logements sortiront de terre sur 150 hectares. Mais ici, il ne sera pas question de parking aérien ni de tour de 50 étages. D’après la Mairie, le quartier résidentiel respectera l’environnement et, par conséquent, ses habitants. « Depuis trop longtemps, les caractéristiques du lieu de construction n’ont pas été prises en compte », nous explique Florence Hannin, chargée de mission à la ville, avant d’ajouter : « nous adaptons les constructions au terrain, en préservant les caractéristiques hydrologiques, morphologiques, d’ensoleillement… L’important est de comprendre que les exigences environnementales dépendent du lieu de vie ». C’est le début d’un véritable bouleversement.

La fin justifie les moyens

L’autre caractéristique de ce projet est la charte qualité de l’Agence d’urbanisme de l’agglomération marseillaise (AGAM). Composée de 7 défis, cette charte n’imposepas d’éléments techniques, mais des finalités de construction. « Par exemple, nous ne contraignons pas les constructeurs à utiliser un type précis de matériaux, mais nous interdisons les systèmes de climatisation. A eux de faire preuve de créativité », nous explique l’ancienne architecte. Ainsi, l’AGAM, à travers ce principe de « défis », instaure une relation de confiance avec les constructeurs, tout en s’assurant d’un résultat de qualité. « C’est toute la filière du BTP, de la formation à l’approvisionnement des matériaux, qui va devoir s’adapter » conclut Florence Hannin.

Commentaires