Home Biodiversité La Nouvelle Guinée et ses étranges espèces animales …

La Nouvelle Guinée et ses étranges espèces animales …

La Nouvelle Guinée et ses étranges espèces animales …
0
1

Selon un bilan rendu public le 27/06 par le WWF, en 10 ans, pas moins de 1060 nouvelles espèces ont été découvertes en Nouvelle Guinée.

Parmi ces découvertes, certaines sont assez surprenantes comme un varan (Varanus macraei) à l’atypique couleur turquoise, un escargot jaune fluorescent (Paryphantopsis misimensis), une grenouille avec des crocs, ou encore un serpent aveugle (long de 12 cm et parmi les plus inoffensifs du monde)  …

«Cette étude montre que les forêts et les rivières de la Nouvelle-Guinée sont parmi les plus riches, en terme de biodiversité, dans le monde», a résumé Neil Stronach, responsable du WWF pour la Mélanésie occidentale. «Cette diversité est telle qu’il est courant de faire de nouvelles découvertes encore aujourd’hui», selon le rapport.

La Nouvelle-Guinée, qui s’étend de l’Asie à l’Océanie, ne couvre que 0,5% de la surface de la Terre mais possède jusqu’à 8% des espèces répertoriées dans le monde. Un seul kilomètre carré de forêt tropicale peut ainsi accueillir plus de 150 espèces d’oiseaux, aux plumages parfois extrêmement colorés. Les scientifiques y ont également vu le papillon le plus grand, avec une envergure de 30 cm, et des rats géants de près d’un mètre de long.

Parmi les 1.060 espèces découvertes en dix ans, l’une des plus notables est celle d’un dauphin à la tête arrondie et aux nageoires retroussées, qui vit dans les eaux peu profondes proches des embouchures de rivières. Cette découverte, faite en 2005 en Papouasie-Nouvelle-Guinée, était la première d’une nouvelle espèce de dauphins en trois décennies, selon le WWF.

La déforestation menace la biodiversité

Malgré l’excitation liée à ces découvertes, le WWF met en garde contre les graves menaces liées à l’accroissement des activités humaines, qui détruisent l’écosystème à «un rythme alarmant». Très riche en matières premières, la Nouvelle-Guinée est en effet victime de la déforestation, légale ou non, pour le développement de mines, de plantations, notamment de palmiers à huile, et la construction de routes. «Ces menaces environnementales sont exacerbées par le changement climatique qui augmente le nombre de feux de forêts et de savanes, l’érosion, et l’afflux d’eau de mer dans les zones d’habitats côtières», souligne le WWF.

Commentaires