Home Biodiversité Protection de l'environnement Quand Greenpeace voit blanc …

Quand Greenpeace voit blanc …

Quand Greenpeace voit blanc …
0
0

Encore une fois, Greenpeace voit les choses en grand. Un coup de peinture pour empêcher la fonte des glaces, voici la nouvelle idée de l’organisation non gouvernementale de protection de l’environnement la plus célèbre au monde.

Il semblerait que, tout comme les vêtements, la couleur blanche sur les bâtiments reflèterait la chaleur, à l’inverse des couleurs sombres.
No villes dégagent une forte chaleur entre les gaz à effet de serre rejetés par les voitures, les surfaces vitrées des immeubles qui concentrent les rayons du soleil, et leurs couleurs globalement sombres (routes goudronnées, toits des immeubles également).

Faire de la place aux couleurs claires serait donc un bénéfice, pas seulement pour la qualité de vie des citadins, mais aussi pour l’environnement. En effet, des scientifiques californiens en sont même arrivés à la conclusion suivante : avec des toits peints en blanc, un immeuble pourrait diminuer sa facture de climatisation de 20%. Et donc sa consommation électrique. Et donc ses rejets de CO2.

C’est sur ce constat que Greenpeace a planché pour mener sa nouvelle action en Afrique du Sud. Pour l’ONG, un degré de moins dans nos villes équivaudrait à trois degrés de moins aux pôles. Et si la température baisse aux pôles, les chances de survie des espèces qui y vivent augmentent. Greenpeace a choisi trois espèces : l’ours polaire, le renard et le lièvre arctiques, pour encourager les Sud-africains à peindre leurs toits en blanc.

Encore une belle initiative à suivre.

Commentaires